Venez découvrir les nouvelles sources d'énergie, leurs fonctionnements et les premières applications

Le potentiel inexploité des énergies marines

Grâce à des turbines, des hydroliennes ou des techniques plus modernes tel le Searev ou le Pelamis, l'exploitation des énergies marines commence à se développer sur l'ensemble de la planète.

 

L'océan, producteur d'électricité

 

Les ressources énergétiques marines sont très variées et possèdent un fort potentiel d'exploitation dans de nombreuses régions du monde. Marée, courants marins et houle sont les trois phénomènes physiques aptes à générer d'importantes quantités d'électricité, notamment grâce aux hydroliennes. Dans l'actualité, la plupart de ces technologies, de par leur diversité et quoique prometteuses, n'en sont encore qu'au stade embryonnaire.

 

De 0,03 % à 400 %

 

D'après une étude d'EY pour le salon Seanergy, les énergies marines renouvelables ne représentaient en 2015 que 562 mégawatts (MW), soit 0,03 % du mix énergétique global, dont 15 MW correspondaient à de l'éolien flottant. Leur potentiel théorique est pourtant évalué entre 20 000 et 80 000 TWh par an, soit de 100 à 400 % la consommation mondiale en électricité. Hormis l'éolien flottant, les technologies qui utilisent l'énergie des marées (0,5 GW de capacité installée) sont aujourd'hui les seules compétitives. Pour l'ensemble de ces nouvelles technologies, l'Ocean Energy Systems prévoit pour 2050, un potentiel de 337 GW et la création de 300 000 emplois directs. Pour sa part, l'Agence Internationale de l'Énergie (AIE), évalue pour 2040 à 36 GW les capacités marines renouvelables installées.

 

Les atouts français

 

La France est aujourd'hui, avec ses quelque 11 millions de km2 marins, l'un des pays les plus favorisés en ressources marines. Le ministère de l'Écologie estime entre 3 et 45 GW le potentiel du pays. En avril 2016, 8 projets de fermes éoliennes flottantes ont été présentés. Il a été également prévu de lancer de nouveaux appels d'offre concernant l'éolien flottant ainsi que l'énergie marémotrice et hydrolienne. De grands groupes ont déjà fait leur entrée dans le secteur des énergies marines renouvelables : GE Ex-Alstom, DCNS, Engie, Bouygues, EDF EN, Eiffage, Vinci, mais également des startups telles que Sabella et Akuo.

 

Toujours en avril 2016, un DPI (Décret de Planification des Investissements) met en œuvre une programmation et relève les ambitions de développement des énergies marines de la France : 100 MW (hors éolien off-shore) installés d'ici fin 2023. Entre 200 et 2 000 MW supplémentaires pourraient être également consentis. Pour l'éolien off-shore posé, 3 000 MW sont estimés d'ici 2023, avec l'installation possible de 6 000 MW supplémentaires. Au vu de ces objectifs, copieusement révisés à la hausse, le rythme annuel d'installation devrait être porté à 620 MW. Les collectivités et territoires d'outre-mer, avec un coût de production électrique situé entre 200 et 500 €/MWh, sont de parfaits terrains d'expérimentation pour les différentes énergies marines et hydroliennes.

 

 

CONTACTEZ NOUS

Submitting Form...

The server encountered an error.

Form received.

Tous droits réservés clubopeninnovationaquitaine.fr - © 2017

MENTIONS LEGALES